Untitled


vue d’ensemble


Premier degré se tourne en premier lieu vers les littératures de niche à tout petit potentiel commercial, marquées par le refus de l’ironie comme système de défense et la répudiation d’une certaine forme de « cool » hors d’âge pour embrasser a) le sanglot long des violons de l’automne qu’est la vie de jeune adulte au sortir des années 2000, b) les esthétiques ultra-contemporaines héritées de la culture Internet, des mouvements DIY et des usages dits nerds ou geeks, et c) la mort inexorable et progressive du naturel tel que nous le connaissons, mangé tout cru par des outils de mise en scène de soi toujours plus performants, sophistiqués et et en dernière instance toxiques.


patrons, patronnes, partis pris


Grandes figures de « nouveaux sincères » : Kelly Clarkson, Paris Hilton, Dawson, Dennis Cooper, le début des années 2000, Paramore, les films d’Harmony Korine, le compte Twitter d’Isabelle Balkany, la carrière musicale et les apparitions télé d’Isabelle Adjani, les blogs hébergés par Myspace, Loana, Jean Genet, Chris “Leave Britney Alone” Crocker, Taylor Armstrong dans The Real Housewives of Beverly Hills et LeeAnne Locken dans la déclinaison Dallas, David Foster Wallace, Vitaa, Sarah Michelle Gellar, Le Bachelor, Mike Brant, l’adolescence en général, les années 80, William Gaddis, Naruto, les albums en solo de Nicole Scherzinger et son passage dans le jury de X Factor UK, Avril Lavigne, les poèmes préenregistrés du 8 22 22, The Rock recyclé en acteur, Mariah Carey, Sandrine Bonnaire quand elle travaille avec Maurice Pialat. Tout ce qui, touchant au ridicule d’un cri du cœur tout nu et tout bronzé, s’en aperçoit ou pas et continue gaiement sa route. Tout ce qui, pour le dire au plus vite, marche sur la ligne de crète entre la parodie gluante et le sérieux le plus total ; le potentiel comique de ce « premier degré » dérivant justement du fait qu’il n’a pas d’ambitions comiques.

Motifs de prédilection : grandes femmes et (parfois) hommes issus de la pop culture, mutilations rituelles, ennui gluant et misère sexuelle, binge drinking, grosses cylindrées, envies de suicide sur MSN Messenger ou Skyblog, conscience réflexive étouffante et dépression urbaine.


périmètre éditorial


Il s’agit, on le voit, de défendre des textes et des auteurs trop éloignés de la littérature mainstream pour retenir l’attention des éditeurs plus installés. Le catalogue, exigeant et mûri de longue date, est donc appelé à se développer selon une logique cohérente, aussi localisée que possible, qui s’émancipe des problèmes de gros sous pour relayer le travail de créateurs de pointe inconnus jusqu’alors, et qui, sans le soutien d’une structure moins tenue par ses budgets, seraient appelés à le rester. Sont au programme : formats uniques, langues atypiques et thématiques vénères.


identité visuelle


La charte graphique, aussi dépouillée que possible, tâche également de s’inscrire en faux contre les usages de l’édition traditionnelle : pas de titres et de noms d’auteurs énormes, pas de slogans racoleurs, le moins d’illustrations possibles et la finition la plus sobre. Les maquettes s’inspireront des grands standards de la typographie d’art, avec une attention particulière pour la qualité de « l’objet livre » au détriment du marketing. À noter d’autre part que les livres à venir sortiront tous en semi-poche (18,4 x 12 centimètres), juste milieu plus élégant, plus sobre et plus capable d’hypnotiser tous vos copains une fois posé en évidence sur votre table de salon.


feuille de route


Le planning actuel prévoit la sortie de trois à six titres par an, puisés dans une grande variété de genres : romans, nouvelles, fragments, narrative nonfiction, poésie à la marge. Au-delà des thématiques qui définissent le geste de la littérature alternative, il est prévu de faire une large place aux textes queer, féministes et plus généralement aux voix minoritaires, aussi bien dans l’espace politique qu’éditorial. Une part du catalogue se tournera notamment vers le bizarro, la science-fiction maximaliste et les romans expérimentaux.


un peu de lecture pour la route


Ça se trouve dans L’Infinie Comédie de David Foster Wallace et ça résume assez bien le point de départ des littératures « premier degré » : tout ce qui se donne tel quel, ridicule, tire-larmes, poncif, mélo, idiot, crétin, obscène ou pas, en refusant de faire le jeu d’une certaine forme de nonchalance conçue comme assurance tous risques face à l’échec et au jugement d’autrui. Ce qui, en le moins de mots possible, ressort au sérieux le plus total, aux effusions christiques, à l’absence pure et simple d’ironie  et, par le fait, à l’ironie que cette absence suppose encore.

« Dans ce pays, les prochains rebelles littéraires dignes de ce nom seront peut-être une clique d’antirebelles, mateurs nés qui oseront, d’une manière ou d’une autre, déposer le regard ironique, qui auront le culot et la candeur de porter haut les couleurs de l’univocité. Qui traiteront des tracas et émotions de la vie américaine, aussi ploucs et communs soient-ils, avec déférence et conviction. Qui se garderont bien de la spécularité et de la lassitude branchée. Ces antirebelles seraient bien sûr dépassés avant même de se mettre au travail. Morts avant d’avoir pris corps. Trop sincères. Refoulés, aucun doute. Attardés, vieillots, naïfs, anachroniques. Peut-être sera-ce tout l’intérêt. Peut-être est-ce ce qui fera d’eux les prochains vrais rebelles. Car le vrai rebelle, que je sache, prend le risque de la désapprobation. En leur temps, les révoltés du postmodernisme ont encouru les huées et les hauts cris : le choc, le dégoût, le scandale, la censure, les accusations de socialisme, d’anarchisme, de nihilisme. De nos jours les peines encourues sont différentes. Les nouveaux rebelles, qui sait, seront peut-être les artistes prêts à s’exposer aux bâillements, aux yeux levés au ciel, aux sourires en coin, aux coups de coude dans les côtes, aux parodies des ironistes excellents, aux « Que c’est trivial ». Prêts à s’exposer aux accusations de sentimentalisme, de pathos. De crédulité excessive. De mollesse. Tout disposés à se faire blouser par un monde de rôdeurs et de reluqueurs qui craignent le regard d’autrui et le ridicule plus que l’emprisonnement sommaire. Qui sait. La jeune fiction la plus résolue d’aujourd’hui semble décidément arriver en fin de fin de parcours. Que chacun en tire ses propres conclusions. Pas le choix. Si on ne vit pas une époque formidable. »


à propos


Attaché de presse dans l’édition traditionnelle, je m’occupe personnellement du défrichage, des cession de droits, de la traduction, de l’édition, du maquettage, de la composition, de la promotion et de l’envoi des livres de la maison en marge de mes activités salariées. Conscient tout d’abord comme consommateur du vide éditorial français en ce qui concerne l’importation et la diffusion de textes dits « de pointe », c’est ma double connaissance de la scène littéraire américaine indépendante et du milieu de l’édition qui m’a convaincu de créer cette micro-structure.